Les Magnanarelles

Home / Les Magnanarelles

Voyage des 10 : Les Magnanarelles

Chants d’amour mystiques.

Une création de Guylaine Renaud avec Dalila khatir et Guylaine Renaud.

Petite histoire de la création “Les Magnanarelles“ par G.Renaud

Une création en forme d’hommage aux éducatrices de vers à soie, véritables “mères nourricières“!

C’est le regard anthropologique porté à leur fonction qui m’a guidé tout au long de l’écriture. Le livre de Françoise Clavairolle “Le magnan ou l’arbre d’or“ est venu corroborer mon ressenti ; une mine d’or pour moi ! La maternité et la féminité dans tous ses états. Totalement dévolues à cette activité durant 3 mois, les magnanarelles n’existent plus que pour leurs petits, je veux dire leurs vers. Du couvage de la graine sur leur poitrine aux nuits de veille pour nourrir les chambrées (de vers à soie) pour arriver au cocon et à leur abandon aux mains des filles dans les filatures pour une euthanasie par étouffage…

Tous les ingrédients du mythe sont là, concentrés sur 3 mois de temps, chaque année.

De l’évocation de la route de la soie, long chemin parcouru pour venir jusqu’à nous au décoconnage – scène dépeinte dans le tableau d’Emile Avon -, j’ai écrit un spectacle chronologique et chromatique – alternance de lumière et de pénombre, de calme et de tumulte sonore, du gris clair des murs de chaux, aux couleurs chatoyantes des vêtements des magnanarelles du tableau, le temps de la croissance du vers jusqu’au cocon. Une création faite de sensualité et de babillages, d’alliance d’éléments techniques et de superstition.

 » Comme il fut enthousiasmant de se glisser dans la peau des magnanarelles, dans la Provence rurale du XIXe ! « 

Les Magnanarelles Museon Arlaten par Guylaine RENAUD
Les rencontres des passeurs dessin de malika

Les differents temps de la création en quelques mots … (extraits des textes)

LA ROUTE DE LA SOIE

Fileuses au travail sur leur bobine ou vers au travail sur leur cocon; une introduction en forme de processus, dans le jardin du cloître…jusqu’à la scène.

L’ARBRE D’OR – conte et chant (…)

« Ce soir-là, comme tous les soirs après avoir mis la chaîne à la porte de l’étable, il alla se coucher sur sa paillasse aux côtés de sa brave épouse, et comme tous les soirs après avoir regardé le ciel, il s’endormit. La nuit était claire et une vague lueur de lune filtrait au travers des fentes des vieux volets. Tout était calme alentour, les bêtes calmes elles aussi, dormaient. Et rien ni personne cette nuit-là, ne sembla voir ni entendre le vieux moine approcher lentement de la ferme, avec sa canne de bambou. Personne non, personne dans la maison, ne fut troublé par le grincement de la porte ni par les pas de l’homme sur le vieil escalier de bois.

Et le vieux ne broncha pas quand le moine posa ses yeux bienveillants sur lui et le vieux ne se réveilla pas aux paroles qu’il lui glissa à l’oreille : « j’ai voyagé au pays du levant là où de l’arbre du sage pleut des larmes de joie, feuillage en offrande à l’être qui de sa trompe soyeuse vêtit les princes et donne éternel respect à ses éducateurs… …

C’est l’arbre qui fait danser la lumière, On le nomme l’arbre d’or C’est l’arbre qui fait naître la lumière, Morus Alba »

LES NOUETS : Poème didactique (1600)

Pour couver ces bons œufs aucun font qui les monstrent,
Aux chaleurs du Soleil ou à d’autres chaleurs,
Mais ceux qui les tétons des pucelles rencontrent,
Vivent mieux et ont plus de vie et de vigueur.

De toutes les chaleurs la chaleur la plus naïve,
Est celle que l’amour a mise en de beaux seins
La graine dans trois jours s’y trouvera hastive,
Mais elle éclot fort tard par tous autres desseins.

L’ESPELIDA : un dialogue entre une mère qui prodigue ses conseils et sa fille. C’est le temps de l’éclosion des oeufs. Entre savoir-faire et émotion; deux femmes penchées sur un berceau …

« Attention aux courants d’air !
Attention ! Pas trop prés de la cheminée !
Hache finement quelques jeunes feuilles de mûrier
Ils sentent la feuille, ils mangent !
Pendant que tu vaques à tes occupations,
Tu peux veiller sur eux. (…)
Dans 5 jours …leurs premières maladies
Ils s’alitent. Oh la graine répond !
C’est la levée ! »

LE LABO: La croissance des vers se compte en 5 âges. A chaque âge, sa quantité de feuilles, sa T°, son taux d’hygrométrie. Comme une mère qui allaite son enfant; donner à manger aux vers toutes les 4 h ! Une période très délicate où l’expérience et le savoir faire sont de mise, car les nombreuses maladies et autres malédictions guettent “lo magnan“.

« Ils partent toute la famille avec la charrette, dans la fraîcheur des premières lueurs, à la pointe du jour.
ils vont ramasser la feuille tout le jour, tout le jour cueille la feuille, la saqueta à la ceinture.
Sauf la femme ! A pas feutrés dans ses semelles de cordes, à pas feutrés sur les malons encore frais.
Allume les cheminées !
Il est minuit, il est 4h, il est 8h, il est midi, il est 4h, il est 8h, il est minuit.
Monte, descend !
Ca respire, ça respire ! Mange, mange !
Plus d’espace !
Changer la litière !
Change de peau.
Papier magnan ! Papier magnan ! »

Les Magnanarelles Museon Arlaten de Guylaine RENAUD

LES MAGNANARELLES : chant et dialogues parlés

C’est le temps de la couleur, de la lumière et de la gaîté. L’éducation a été menée à son terme, les magnanarelles vont tirer profit de leur travail, la famille va réintégrer ses appartements car pendant 3 mois, c’est le magnan qui occupe tout l’espace de la maison. C’est maintenant la fête, le temps des danses et des chants …et de la babille…au moment de la St Jean…